MUSIQUES

 

Le saxophoniste baryton Jean-Philippe Scali est de retour avec son nouveau 5tet !

« LOW DOWN » feat Glenn Ferris :
un éloge du son grave !

 

S’inscrivant dans la continuité de son premier album « Evidence » (2012 – Gaya Music Production), très largement salué par la critique1, le nouveau quintet rugissant du saxophoniste présente un répertoire original et inédit : Une musique qui se présente comme animée d’une pulsation qui saisit d’emblée celui qui l’écoute ! Du Blues chevillé au corps, c’est un éloge du son grave résolument ancré dans les racines « Mingusiennes » aux effluves « Ellingtonniennes » !

Jean-Philippe Scali compte parmi ces instrumentistes qui ont fait le choix des bas-fonds du spectre sonore, ceux qui se délectent de plonger dans les registres profonds, affectionnent l’obscurité dont se voilent les timbres des instruments dans le grave et aiment sentir que l’équilibre d’un orchestre repose aussi sur leurs épaules. Doucement les basses ? Non, à l’inverse du film, Jean-Philippe Scali est de ceux qui aiment les faire vrombir et résonner. En s’associant au trombone de Glenn Ferris, il affirme une sorte de credo esthétique qui déploie une palette sonore à la richesse séduisante, associant le tranchant des anches avec le velouté des cuivres. « Pour moi, ces deux instruments sont comme les deux faces d’un cuir : l’une lisse et douce au toucher ; l’autre râpeuse et rugueuse sous la main. Cela permet d’enchevêtrer leurs textures et de donner du relief à la musique, car leur correspondent aussi deux façons de souffler et de produire le son ».

Sous ce « Low Down » qui vaut pour titre et sonne comme une attitude esthétique, il faut bien sûr entendre le plaisir d’aller puiser dans les entrailles du son mais aussi le bonheur de se couler dans le flot naturel de la musique, en quête du juste tempo — celui qui permettra au blues de chanter naturellement, celui qui donnera au swing tout son pouvoir d’entrainement, celui fera d’une ballade un moment de grâce, celui qui magnifiera le pouvoir érotique du funk ou donnera à un reggae en cinq sa nonchalance contagieuse. Dans cette voie, Jean-Philippe Scali et son baryton à la franche vigueur et à la tendresse rugueuse n’ont aucune peine à nous entrainer à les suivre.

Pas étonnant qu’on le retrouve au pupitre des big-bands majeurs de l’Hexagone : l’Amazing Keystone Big Band, le Gil Evans Paris Workshop de Laurent Cugny ou l’Attica Blues Big Band d’Archie Shepp. C’est que notre homme a trouvé sa voie — et sa voix — au saxophone baryton ; cela se sait désormais !

Associé au trombone de Glenn Ferris, découvrez un alliage « gravement moelleux » magnifié par une rythmique « de rêve » composée de Frédéric Nardin piano/orgue hammond b3/fender-fhodes, Samuel Hubert contrebasse et de Donald Kontomanou batterie…

Des racines et du blues, du groove et des ailes !